[Google translation] If you were to go on a desert island, what three things would you take?

[Google translation] [Laughs.] Oh my! I do not know what to say! I wish I could feed myself, dress and live as long as possible! And I’ll take what practice my faith.

TRANSLATION REQUIRED: We regret only a Google machine translation of this item is available in the Archive. Google translations only provide a gist of the remarks and, therefore, do NOT recommend quoting this text until a human translation is available. We would be very grateful if any of our readers, fluent in the original language, would be kind enough to translate the text. Please click here for information on making submissions to NanoWisdoms; we thank you for your assistance.

Interviewer: Coumba Diop

Google translation — Click here for the original in French

Both spiritual leader, philanthropist, businessman and philanthropist, the 49th hereditary Imam of the Shia Ismaili devotes his time and fortune to the improvement of living conditions of disadvantaged populations. The network of charitable institutions he heads acts in Asia and throughout the continent.

The spiritual leader of Ismaili Muslim community is not easy to meet. Always between two planes, His Highness Karim Aga Khan travels the world carrying the torch of his group of institutions: the Aga Khan Development Network. The AKDN’s mission is to improve the living conditions of disadvantaged populations and to help developing countries to take off. The Aga Khan Trust for Culture oversees the restoration of the Great Mosque of Mopti. On a visit to Mali to monitor the progress of work, the Prince makes a kind of homecoming on the continent….

Coumba Diop: Your Highness, how to keep it simple when it descends from the Prophet?

His Highness the Aga Khan: [Laughs.] He himself was a simple man. Must therefore take as an example. I think that in Islam, we seek simplicity and no glory.

[Google translation] [Islam’s] ethics guide all my activity, whether through the institutions that try to set up or interpretations that I give great theological problems. Islam is a way for ever, for today and tomorrow.

CD: How to define the role that is yours? What dominates: the spiritual leader, the patron, philanthropist and businessman?

AK: You know, Islam considers action in all its aspects and goes beyond the narrow confines of everyday life. Its ethics guide all my activity, whether through the institutions that try to set up or interpretations that I give great theological problems. Islam is a way for ever, for today and tomorrow.

CD: Exactly, you are known to focus on spirituality and philosophy of Islam and its faith that teaches compassion and tolerance. What is violence committed especially in Iraq or in London on behalf of Islam evokes in you?

AK: We must first understand the genesis of what is happening today. In fact, what is behind all this? A combination of frustration, the feeling of having been abused so many times. In Christian history, in Indian history, we find a multitude of similar excesses, where the real perpetrators of violence are not religious, but political rivalries. So let us not confuse the name of Islam to conflict which are of another order.

CD: If not, what poses the Aga Khan?

AK: [Laughs.] At the age of 20, I inherited an office, an institution I am trying to build for the well-being of the Ismaili Shia populations among which they live . Since 1957, this institution has provided the means to act, and why, has set up various organisations, including the Aga Khan Development. But, faced with new requirements, it is constantly evolving and adapting its structures. For example, we recently established an agency, Focus Humanitarian Assistance, to respond to crises or anticipate.

CD: In February, a new institution, the Aga Khan Agency for Microfinance, was created to enable vulnerable people to access credit. Do you think it is, at present, the most effective way to fight against the social and economic exclusion?

[Google translation] The best, I shall not tell, but probably one of the best, because micro-credit offers much greater flexibility than any traditional financing.

AK: The best, I shall not tell, but probably one of the best, because micro-credit offers much greater flexibility than any traditional financing. His formulas allow poor communities, their institutions, organisations and village women to realise the projects that are important to them. It contributes to the cultural life by funding new events or supporting existing ones. This is clearly a remarkable vehicle for development, and twenty-two countries have our support in this key sector.

CD: Micro-finance she replied Islamic banking standards, given that religion disapproves the loan with interest?

[Google translation] In our case, the [micro-finance] interest charged reflects only the cost of management.

AK: I am not qualified to talk about micro-finance as practised by other organisations. In our case, the interest charged reflects only the cost of management. We do not realise any benefits and not declaring any dividend to shareholders or others.

CD: The Aga Khan Foundation provides financial and technical assistance projects implemented mainly in Asia and Africa. Can you tell us about your engagement on the continent?

AK: When my grandfather died in 1957, significant Ismaili communities were established in Kenya in the former Tanganyika, Uganda, Zanzibar, Mozambique, Madagascar and the Belgian Congo at the time. At the time of African independence, the presidents Senghor and Houphouet-Boigny sought my help. We therefore established in Côte d’Ivoire and, from there, our institutions have spread in West Africa. At that time, our initiative was located on a purely economic grounds, in contrast to the Aga Khan’s focus on the social, cultural and expands its activities in Mali, Burkina, and soon to other countries. This new approach allows us to establish a balance between western Africa, far worse position, and East Africa, where we have a large network of schools, hospitals, etc..

CD: Your actions are more interested in East Africa, I think he. Is it because you grew up in Kenya?

AK: No, not at all. A historical phenomenon is not explained. Do not forget that Ismaili population has settled in this country since the 1800s. Many institutions found in East Africa have been created by my grandfather.

CD: What do you think of Kenya today?

AK: When I was a child, Nairobi was still a village and we lived on its periphery. Our house was regularly visited by leopards and lions, and at night we could see wild animals walking quietly beneath our windows! [Laughter.] Since then, things have changed, but these are extraordinary childhood memories …

CD: What do you have contacts with the dignitaries of other “branches” of Islam?

AK: We see quite often, mostly about problems specific to countries where I speak. For I am suspicious of any comprehensive policy and prefers to stick to reality by responding to specific situations. This is probably due to the pluralism of Islam, himself involved in a plural culture increasingly understood and assumed, by both Muslims and the non-Muslim world. In our case, by vocation and by choice, we like to work in this context that I consider essential for the future of humanity.

CD: You feel closer to the Shia and Sunni?

[Google translation] Naturally [closer to Shia], since the same principle governs our beliefs. However, we work with many Sunni communities and we respect them, because we are all Muslims.

AK: Naturally, since the same principle governs our beliefs. However, we work with many Sunni communities and we respect them, because we are all Muslims. However, if one considers the civil war in Afghanistan or the situation in Iraq today, they are often external forces that lead to human communities, who had lived in peace for centuries in the spiral of violence.

CD: What would you think the future Imam retain you?

AK: You know, my role is only temporary. And with an imam to another, our first concern is the Ismaili community. The second is that the institution has the capacity to act effectively in the various countries where there are Ismailis, and populations among which they live. However, our expertise in the field of underdevelopment has prompted us to broaden our scope. While Ismailis are found in countries like Kazakhstan, Kurdistan, and Tajikistan, there are very few in Mali or Burkina, but these are poor countries, Muslim countries. Because Islam requires it, we make it a duty and a joy to intervene to try to improve their quality of life.

CD: Made by your many activities, you keep running from one plane to another. How do you find time to relax?

AK: When I was younger, I was pretty athletic, and it remains for me the best way to m’oxygéner. In winter, I reserve a few weekends of skiing, and I sometimes go two or three days at sea to get away a little. I’m interested in racing and breeding thoroughbreds, field of activity which is not at all part of the institution that I inherited in tragic circumstances, since my father died in a car accident. Some of these studs have been designed as real and parks are havens of greenery in which I like to leave when there are difficult decisions to make.

CD: If you were to go on a desert island, what three things would you take?

AK: [Laughs.] Oh my! I do not know what to say! I wish I could feed myself, dress and live as long as possible! And I’ll take what practice my faith.

Original transcript in French

À la fois chef spirituel, mécène, homme d’affaires et philanthrope, le 49e imam héréditaire des chiites ismaéliens consacre son temps et sa fortune à l’amélioration des conditions de vie des populations défavorisées. Le réseau d’institutions caritatives qu’il dirige agit en Asie et sur tout le continent.

Le chef spirituel de la communauté islamique ismaélienne n’est pas facile à rencontrer. Toujours entre deux avions, Son Altesse Karim Aga Khan parcourt le monde en portant le flambeau de son groupe d’institutions : l’Aga Khan Development Network. La mission de l’AKDN consiste à améliorer les conditions de vie des populations défavorisées et à aider les pays en développement à prendre leur essor. Le Trust Aga Khan pour la culture supervise la restauration de la Grande Mosquée de Mopti. En visite au Mali pour suivre l’avancée des travaux, le prince effectue une sorte de retour aux sources sur le continent. Né en 1936 à Genève, de l’union d’Aly Khan et de la princesse Tajudaulah, fille d’un lord anglais, le prince Karim, qui fêtera ses 69 ans en décembre, a en effet passé sa petite enfance au Kenya. Après ses études en Suisse il entre à l’université de Harvard (États-Unis) où il obtient un diplôme d’histoire islamique. Descendant direct du prophète Mohammed par son cousin et gendre Ali, premier imam, et son épouse Fatima, fille du prophète, Karim succède à son grand-père, Mohamed Shah Aga Khan en 1957. Il devient à seulement 20 ans le quarante-neuvième imam héréditaire des chiites ismaéliens. Une fonction de guide spirituel (imamat) qui se transmet depuis, par voie héréditaire.

En tant que responsable et autorité suprême de la communauté, l’Aga Khan a le devoir d’aider « tout ismaélien dans le monde qui se trouve dans la peine ». Depuis son accession à l’imamat, il n’a cessé de se préoccuper du bien-être de l’ensemble des musulmans et ne ménage pas ses efforts pour favoriser leur accès à la connaissance. Il gère une fortune immense qui ne sert que dans le cadre strict des objectifs de l’institution : réhabilitation et modernisation de l’agriculture, des systèmes scolaires et médicaux, soutien financier aux populations et aux entreprises, etc. Une charge qui fait courir ce père de quatre enfants aux quatre coins du monde. Passionné de sports équestres, l’Aga Khan, dont la vie ressemble à une course contre la montre, prend cependant le temps d’exprimer ses convictions d’une voix douce et calme. Rencontre avec un philanthrope qui a fait de la lutte contre la pauvreté son cheval de bataille.

Coumba Diop: Votre Altesse, comment rester simple quand on descend du Prophète?

His Highness the Aga Khan: [Rires.] Lui-même était un homme simple. Il faut donc le prendre en exemple. Je pense que, dans l’islam, on cherche la simplicité et pas la gloire.

CD: Comment définir le rôle qui est le vôtre ? Qu’est-ce qui domine : le chef spirituel, le mécène, le philanthrope ou l’homme d’affaires ?

AK: Vous savez, l’islam considère l’action dans tous ses aspects et dépasse le cadre étroit de la vie quotidienne. Son éthique guide toute mon activité, que ce soit à travers les institutions que j’essaie de mettre en place ou dans les interprétations que je donne des grands problèmes théologiques. L’islam, c’est une voie pour toujours, pour aujourd’hui et pour demain.

CD: Justement, vous êtes connu pour privilégier la spiritualité et la philosophie de l’islam et de sa foi, qui enseigne la compassion et la tolérance. Qu’est-ce que la violence commise notamment en Irak ou à Londres au nom de l’islam évoque en vous ?

AK: Il faut d’abord comprendre la genèse de ce qui se passe aujourd’hui. En fait, qu’y a-t-il à l’origine de tout cela ? Un cumul de frustrations, le sentiment d’avoir été abusé un très grand nombre de fois. Dans l’histoire chrétienne, dans l’histoire indienne, on trouverait une multitude de dérives similaires, où les vrais responsables de la violence ne sont pas les religions, mais les rivalités politiques. Alors évitons de mêler le nom de l’islam à des conflits qui relèvent d’un autre ordre.

CD: Sinon, qu’est-ce qui fait courir l’Aga Khan ?

AK: [Rires.] À l’âge de 20 ans, j’ai hérité d’une fonction, d’une institution que j’essaie de renforcer, pour assurer le bien-être des ismaéliens chiites et des populations parmi lesquelles ils vivent. Depuis 1957, cette institution s’est donné les moyens d’agir et, pour cela, s’est dotée de différentes organisations, parmi lesquelles le Réseau Aga Khan de développement. Mais, confrontée à de nouveaux besoins, elle évolue sans cesse et adapte ses structures. Par exemple, nous avons récemment créé une agence, Focus Humanitarian Assistance, pour réagir aux crises ou les anticiper.

CD: En février, une nouvelle institution, l’Agence Aga Khan pour la microfinance, a été créée pour permettre aux populations vulnérables d’accéder au crédit. Croyez-vous que ce soit, à l’heure actuelle, le moyen le plus efficace de lutter contre l’exclusion économique et sociale ?

AK: Le meilleur, je me garderai de l’affirmer, mais sans doute l’un des meilleurs, car le microcrédit offre une flexibilité beaucoup plus grande que n’importe quel financement classique. Ses formules permettent aux communautés pauvres, à leurs institutions, aux organisations villageoises ou de femmes de réaliser les projets qui leur tiennent à coeur. Il contribue à la vie culturelle en finançant de nouvelles manifestations ou en soutenant celles qui existent déjà. C’est à l’évidence un remarquable vecteur de développement, et vingt-deux pays bénéficient de notre aide dans ce secteur clé.

CD: La micro-finance répond-elle aux normes bancaires islamiques, étant donné que cette religion réprouve le prêt avec intérêt ?

AK: Je ne suis pas habilité à parler de la micro-finance telle que d’autres organisations la pratiquent. Dans notre cas, l’intérêt exigé correspond uniquement au coût de la gestion. Nous ne réalisons aucun bénéfice et ne déclarons aucun dividende à des actionnaires ou autres.

CD: La Fondation Aga Khan apporte une assistance financière et technique aux projets mis en oeuvre principalement en Asie et en Afrique. Pouvez-vous nous parler de votre engagement sur le continent ?

AK: Quand mon grand-père est mort en 1957, d’importantes communautés ismaéliennes s’étaient établies au Kenya, dans l’ancien Tanganyika, en Ouganda, à Zanzibar, au Mozambique, à Madagascar et au Congo belge de l’époque. À l’heure des indépendances africaines, les présidents Senghor et Houphouët-Boigny ont sollicité mon aide. Nous nous sommes donc établis en Côte d’Ivoire et, à partir de là, nos institutions ont rayonné en Afrique de l’Ouest. À l’époque, notre initiative se situait sur un terrain exclusivement économique, à l’inverse du Réseau Aga Khan qui privilégie le social, la culture et étend ses activités au Mali, au Burkina et, bientôt, à d’autres pays. Cette nouvelle approche nous permet d’établir un certain équilibre entre l’Afrique occidentale, jusqu’ici désavantagée, et l’Afrique orientale, où nous disposons d’un grand réseau d’écoles, d’hôpitaux, etc.

CD: Vos actions s’intéressent davantage à l’Afrique de l’Est, me semble-t-il. Est-ce dû au fait que vous ayez grandi au Kenya ?

AK: Non, pas du tout. Un phénomène historique ne s’explique pas. Il ne faut pas oublier qu’une population ismaélienne s’est établie dans ce pays dès les années 1800. Un grand nombre des institutions que l’on trouve en Afrique orientale ont été créées par mon grand-père.

CD: Que pensez-vous du Kenya d’aujourd’hui ?

AK: Quand j’étais enfant, Nairobi n’était encore qu’un village et nous habitions à sa périphérie. Notre propriété était régulièrement visitée par les léopards et les lions et, le soir, nous pouvions voir les animaux sauvages se promener tranquillement sous nos fenêtres ! [Rires.] Depuis, les choses ont bien changé, mais ces souvenirs d’enfance restent extraordinaires…

CD: Quels contacts entretenez-vous avec les dignitaires des autres « branches » de l’islam ?

AK: Nous nous voyons assez souvent, la plupart du temps au sujet de problèmes spécifiques aux pays où j’interviens. Car je me défie de toute politique globale et préfère coller à la réalité en réagissant à des situations ponctuelles. Cela tient sans doute au pluralisme de l’islam, lui-même partie prenante d’une culture plurielle de plus en plus comprise et assumée, aussi bien par les musulmans que par le monde non musulman. En ce qui nous concerne, par vocation et par choix, nous aimons travailler dans ce cadre, qui me paraît essentiel pour l’avenir de l’humanité.

CD: Vous sentez-vous plus proche des chiites que des sunnites ?

AK: Naturellement, puisqu’un même principe régit nos croyances. Cependant, nous travaillons avec un grand nombre de communautés sunnites et nous nous respectons, car nous sommes tous des musulmans. Cela dit, si l’on considère la guerre civile en Afghanistan ou la situation qui prévaut aujourd’hui en Irak, ce sont des forces souvent externes à l’humain qui entraînent des communautés, qui avaient vécu en paix pendant des siècles, dans la spirale de la violence.

CD: Qu’aimeriez-vous que le futur imam retienne de vous ?

AK: Vous savez, mon rôle n’est que transitoire. Et, d’un imam à l’autre, notre première préoccupation, c’est la communauté ismaélienne. La deuxième, c’est que l’institution ait la capacité d’agir de manière efficace dans les différents pays où il y a des ismaéliens, et auprès des populations parmi lesquelles ils vivent. Cependant, notre expertise dans le domaine du sous-développement nous a poussés à élargir notre champ d’action. S’il est vrai que l’on trouve des ismaéliens dans des pays comme le Kazakhstan, le Kurdistan ou le Tadjikistan, il y en a très peu au Mali ou au Burkina, mais ce sont des pays pauvres, des pays musulmans. Parce que l’islam le requiert, nous nous faisons un devoir et un bonheur d’intervenir pour essayer d’améliorer leur qualité de vie.

CD: Pris par vos multiples activités, vous ne cessez de courir d’un avion à l’autre. Comment trouvez-vous le temps de vous ressourcer ?

AK: Quand j’étais plus jeune, je faisais pas mal de sport, et cela reste pour moi le meilleur moyen de m’oxygéner. En hiver, je me réserve quelques week-ends de ski, et il m’arrive de partir deux ou trois jours en mer pour m’isoler un peu. Je m’intéresse aussi aux courses et à l’élevage des pur-sang, domaine d’activité qui ne fait pas du tout partie de l’institution et dont j’ai hérité dans des circonstances tragiques, puisque mon père est mort dans un accident de voiture. Certains de ces haras ont été conçus comme de véritables parcs et constituent des havres de verdure dans lesquels j’aime me retirer, quand il y a des décisions difficiles à prendre.

CD: Si vous deviez aller sur une île déserte, quels sont les trois objets que vous emporteriez ?

AK: [Rires.] Oh là là ! Je ne sais que répondre ! Je voudrais bien pouvoir me nourrir, me vêtir et survivre aussi longtemps que possible ! Et j’emmènerai de quoi pratiquer ma foi.

SOURCES

POSSIBLY RELATED READINGS (GENERATED AUTOMATICALLY)